L’Entremetteuse (vers 1625-1630), Jan Van Bylert

L'Entremetteuse (vers 1625-1630), Jan Van Bylert
L’Entremetteuse (vers 1625-1630), Jan Van Bylert ; Musée des Beaux Arts de Lyon, France
Jan Van Bylert compte parmi les peintres néerlandais les plus réputés de son temps, c’est à dire cette période de floraison culturelle et artistique inédite dans les Provinces-Unies aux XVIème et XVIIème siècles. Son oeuvre, composée principalement de scènes de genre et de scènes religieuses, reste très teintée de l’influence caravagesque et en particulier dans ses premiers tableaux à partir des années 1620 et jusque dans les années 1630. Jan Van Bylert compte d’ailleurs parmi les représentants de l’École caravagesque d’Utrecht, groupe de peintres néerlandais qui, comme leur nom l’indique, s’inspirèrent particulièrement du style de l’artiste italien Caravage notamment à l’occasion de voyages de formation en Italie.

L’originalité du tableau : la manière dont le peintre traite le sujet.

Son tableau L’Entremetteuse s’inscrit dans cette période et reprend le thème de la prostitution, un type de scène de genre dont l’évolution à travers les siècles démontre de la pérennité du sujet. Ainsi, l’interprétation que nous offre Jan Van Bylert trouve sa singularité dans l’attitude de la prostituée, qui semble capter toute l’attention, bien que le titre du tableau ne lui consacre pas son nom et préfère celui d’ « Entremetteuse », comme dans tous les tableaux de ce type.

Alors que la plupart des représentations des scènes de commerce d’amour montre une femme de joie avenante et souriante, Jan Van Bylert a fait le choix de représenter un sentiment plus profond, celui d’une femme dont on est en train de vendre le corps. Cette dernière fixe le spectateur et l’expression de son visage dénote d’un mélange de dégout, de tristesse mais aussi beaucoup de force et de résignation. Son regard semble presque nous affronter, qui oserait la juger ? Mais tout, jusqu’à la manière dont sa bouche est plissée, la courbe de ses sourcils et la couleur de ses joues accuse du tiraillement de cette femme. Sa main gauche montre l’argent qui circule entre les mains de l’entremetteuse, comme pour nous rappeler pourquoi elle fait ce qu’elle fait. À ce même instant, un jeune homme vêtu de rouge, symbole de cette passion qui pourrait habiter un jeune puceau, pince le sein gauche de la prostituée, sans la moindre douceur et, de la même manière qu’il soupèserait un fruit, semble prospecter la marchandise. Combien valent des seins comme celui de cette femme ? On peut imaginer que la négociation tourne autour de cela. Par ailleurs, la vielle entremetteuse, avec son regard dirigé droit vers la poitrine de la prostituée, semble examiner elle aussi son bien, une femme, comme elle.
Ensuite, au centre, au second plan, un petit homme, peut être un enfant, porte un bourse et constitue le second personnage sur les trois à regarder le spectateur. Le dernier est le personnage à gauche : debout, il porte un éventail rouge, objet annonçant la prostitution.
Finalement, la scène se passe sans doute dans un bordel et le fond se caractérise par sa noirceur, ne laissant aucun détail perceptible. Nous retrouvons alors ici l’influence de Caravage, initiateur de la technique de clair-obscur. L’arrière-plan très foncé contraste alors avec la lumière reflétée sur la peau des personnages, les mettant ainsi en valeur et créant un effet de profondeur tel que les personnages semblent se tenir devant nous.

Parallèle avec trois autres tableaux évoquant le même thème, à la même époque.

Ces trois autres interprétations de scène de commerce d’amour (respectivement de Honthorst, Varmeer et Baburen) s’inscrivent dans une toute autre atmosphère : la prostituée, souriante et avenante, jouant du luth, symbole d’amour et de passion ou tenant une cruche, signe annonçant la prostitution dans plusieurs peintures n’est semblable en rien à celle de Bylert… Chaque peintre choisit de sa réalité à représenter : celle de l’instant où la femme cherche à se vendre, ou celle des sentiments, de la perception du moment pour la femme-marchandise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s